Philippe Starck, sa « petite femme » et l’Islam obscurantiste

 

Philippe Starck participait au festival EXIT à Créteil, ces jours-ci, en donnant son visage à l’affiche (ou est-ce l’inverse?) et en montant sur scène pour une performance sonore à la recherche de « notre » son. Il veut émouvoir, faire pleurer peut-être, annonce-t-il dans les interviews.

Il commence en affirmant qu’il a une extraordinaire capacité d’intuition, alors qu’il n’est pas intelligent. Il faudrait toujours croire à ce que les gens disent de leur défaut; or, on est resté, se fiant à sa notoriété (dans un autre champ) et au jugement des responsables du festival (impuissant face aux bricolages narcissiques des artistes). Et maintenant on a des raisons de le croire.

Philippe Starck parle de ses émotions sonores en précisant leur lieu (Inde, New York), en faisant allusion à sa petite femme qui ne comprenait pas son choc esthétique face à la chanteuse laide qui avait mis toute sa laideur au profit de la beauté cristalline de ce son – comme si la laideur devait être rachetée, contrebalancée, expliquée par une beauté, afin d’être digne d’humanité. Il est sur scène, il agite les mains, il nous invite à écouter le cosmos avant de toussoter, soupirer, boire dans son micro – une gaffe? Non: implicitement, peut-être inconsciemment, il se place au milieu de ce cosmos.

Ce son du nous est avant tout son propre son: la nature est ce chant des baleines sur lequel il a beaucoup travaillé – dit-il, au sens qu’il l’écoutait pendant son travail; un peu comme si on disait avoir beaucoup travaillé sur le verre ou sur le bois, selon la matériau de notre bureau. Le son de l’arrivé sur terre de l’homme (après la nature – ah bon?!) est celui du battement de cœur de Starck lui-même, qui serait probablement déçu de savoir que celui d’un animal ferait le même bruit.

L’homme est donc arrivé après la nature, la (petite?) femme l’a accompagné discrètement, puis elle a inventé le chant, nous dit le designer ému: ce qui surprend n’est pas seulement que ses sources sont mystérieuses, mais que cette invention serait féminine et gratuite, généreuse, pure; or, la chanteuse sur scène chante une berceuse. Starck enchaîne: les hommes sont rentrés (tiens, ils étaient au boulot alors que leur femme s’occupait à chanter?), ils se sont aperçu que la chant était chose puissante, ils l’ont pris et instrumentalisé: 1800 ans d’obscurantisme, annonce Starck avec une solennité dégoûtée, car la religion est la négation de l’intelligence (serait-elle proche de cette intuition qui fait l’essence de Starck, alors?). Et quel son accompagne-t-il cette idée d’obscurantisme religieux? Un chant en arabe, bien sûr.

Mais l’Islam ne va pas nous écraser longtemps: le son de la vie apparaît: le son de la ville, de l’industrie. Jusqu’au moment où on entend le son de la mort de la civilisation: les deux tours ont été frappée par les avions, elles se sont écroulées.

L’apothéose de cette histoire du monde est là, il ne reste plus que faire crier le public pour vérifier la scientificité de cette épopée Starcko-centrée: si je crie très fort, est-ce que je sens que mon corps participe? Oui? Parfait! Tout est vrai alors.

Starck a présenté une explication de l’univers à l’usage de lui-même, qui voit dans l’industrie non croyante, masculine et new-yorkaise (marié à d’adorables « petites femmes » chantonnantes) l’aboutissement du cosmos, grands clichés à l’appui.

Cet adolescent isolé par son travail s’est construit un monde, et il nous en parle comme si c’était le nôtre – avec l’assurance qui vient de l’approximation choisie: il a commencé en disant qu’il va improviser, qu’il est hors de son champ de compétence et que, donc, il n’est pas intelligent – mais qu’il aimerait comprendre comme l’IRM comprend.

Et il réussit, Starck: un IRM ému nous explique que le cerveau est boursouflé, mais que parfois il y a des zones rondes, ovales, et même en forme de cœur ou de nuage. Voilà notre humanité profonde! N’est-ce pas magnifique?

Tu as gagné, Philippe: je suis en larmes.

 

Super-Starck

Publié dans : beaute, femmes, images, langage, nous et vous, prejuges |le 21 mars, 2010 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

stadedijonfootball |
vlad6bathory |
laurinda |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | brest2008terresetmersdebret...
| Commune de GODEWAERSVELDE
| syndicalisme